Author: Genre:
Rating

« Mon ventre ce n’est pas un cimetière pour les petits veaux », décide à 8 ans le héros de ce roman ; impossible pour lui de manger de la viande, impossible de voir souffrir tout animal. Pour ses parents, il n’est  pas facile de voir leur bambin hurler devant une boucherie ! Une autre difficulté,  ce bambin est dyspraxique. A l’adolescence, notre héros qui se surnomme lui-même Jésus, est contraint de  passer quelques semaines de vacances chez sa grand-mère, avec oncle, tante, cousin. Angoisse à l’idée de ces vacances, loin du cocon familial,  d’autant que les rapports avec ce cousin sont loin d’être amicaux. Mais Jésus va croiser Angelina. Ensemble ils prennent la route, et croisent Elie.

Les personnages, adultes comme adolescents, décrits avec beaucoup de sensibilité par  Patrice Favaro sont psychologiquement fragiles.  Les dialogues intérieurs mis en place par l’auteur, nous font comprendre leur souffrance, souffrance qu’ils essaient tant bien que mal de cacher. Ensemble ils arriveront à trouver, à retrouver pour les adultes, l’envie de vivre. Ce roman est l’histoire de rencontres, rencontres qui font grandir, qui font voir le monde différemment, avec en toile de fond la cause animale, la différence de Jésus et la nature. Un beau roman

One Response so far.

  1. Un grand merci, amies et amis bibliothécaires de mon ancien département! C’est un livre qui touche beaucoup d’ados mais qui passe en général assez mal auprès des adultes. Sans doute le moins aimé de bouquins auprès des enseignants, par exemple. Peut-être à cause de ce que l’un des personnages pointe du doigt: pour chacun d’entre nous, qu’il s’agisse de la souffrance animale ou humaine, où se situe notre seuil de l’horreur, notre seuil d’acceptation? Alors, encore mille fois merci pour donner ainsi un peu de visibilité à La vérité crue afin que plus de jeunes lecteurs puissent la partager. Amitiés.
    Patrice Favaro (qui vit désormais au pied de la montagne de Lure)

Leave a Reply